L'ennéagramme dont vous êtes le héros


Il y a quelques semaines, je publiais un article pour présenter l'ennéagramme (ici), formidable outil qui permet de découvrir la palette des points de vue qui composent le monde : le sien comme celui des autres. L'ennéagramme est le prisme qui permet de voir et de comprendre les 9 couleurs qui peignent les attitudes des membres de nos équipes, de nos pairs et de nos managers.


Je montre, au travers des formations que j'anime sur le sujet, comment l'ennéagramme permet d'adapter efficacement ses relations interpersonnelles, et comment s'en servir pour améliorer la communication au sein des équipes, amenant chacun vers la réalisation de ses succès, individuels comme collectifs.


Mais souvent, cela reste flou ; alors j'ai décidé de présenter un cas réel, issu d'un mélange de mes expériences, en tant que manager, entrepreneur, coach, et de celles de mes coachés. Toute ressemblance avec une situation que vous avez pu vivre n'est donc pas du tout fortuite ...


Chapitre 1 - Les protagonistes


Oscar

Je vous présente Oscar, jeune cadre dynamique, qui évolue depuis quelques années dans un service support d'une entreprise de taille moyenne. Oscar est un "2 - Altruiste", particulièrement "intégré" (au sens ennéagramme) dans son travail, puisqu'au-delà de rendre service aux autres, il passe ses journées dans un domaine qui comble ses propres besoins, dans lequel il peut exprimer tout son art, tel un "4 - Artiste". Oscar est très apprécié dans l'entreprise, son côté "2" lui ayant permis de développer une relation aux autres particulière : il comble, et souvent anticipe, les besoins des collaborateurs, et passe ses journées à leur rendre service, dans un souci constant d'efficacité et de réussite de ses projets ; Oscar a probablement une aile "3 - Battant" assez développée.


Yves

D'ailleurs, ceci est valable pour ses propres équipes : Oscar a également le souci permanent du service vis à vis de ses co-équipiers, qu'il cherche à faire évoluer en se battant pour obtenir des projets intéressants, des évolutions de carrière, ... Oscar est donc apprécié, notamment d'Yves. Yves, la cinquantaine, est dans l'entreprise depuis très longtemps ; il en a connu des managers, des projets, des collègues qui sont arrivés, puis partis, ... Mais lui, il est resté : Yves est "6 - Loyaliste", et il a trouvé dans son service un clan auquel il appartient, qui compte pour lui, qu'il reconnaît et dans lequel il est reconnu. Dans sa phase "phobique", il préfère rester dans l'entreprise : il a probablement peur de partir, de perdre son clan, son salaire, ... Du coup, il est loyal à Oscar, et va jusqu'à s’intégrer dans son "9 - Médiateur" : il s'applique dans son travail, et noue des relations vraies avec ses collègues.


Tout a l'air d'aller pour le mieux dans le meilleur des mondes ... Oui, jusqu'à ce qu'arrive une nouvelle chef dans le système. Et, comme j'en parlais dans mon article sur la systémie (ici), il suffit qu'un élément change pour que tout le système soit chamboulé !


Louise

Voici Louise : Louise vient d'être nommée Directrice du service d'Oscar et Yves. Louise est une "9 - Médiatrice". Elle arrive dans l'entreprise, dans la posture du chef, et s'intègre dans son "3 - Battant" : Stable, optimiste, posée, elle commence à initier plein de projets pour amener son service sur la voie du succès. Mais, petit à petit, elle se heurte à la culture de l'entreprise, qui ne lui permet pas de tout mener à bien aussi vite qu'elle le voudrait, et elle commence à rencontrer quelques écueils en interne. Elle se rend compte aussi que ses N-1, dont Oscar, continuent à jouir d'une popularité plus grande que la sienne, ce qu'elle ne comprend pas. L'"intégration" s'éloignant à grands pas, elle perd son côté battant pour revenir à un état de "9" classique : elle reprend un rythme plus lent, ne parvient plus à prendre de décisions en phase avec les projets, ce qui trouble ses collaborateurs. Oscar, lui, ne comprend pas : il s'était retrouvé en symbiose avec Louise sur le "3", et commençait lui aussi à abattre les projets ; jouant par ailleurs avec son "2", il arrivait, bien mieux que Louise, à les faire passer en interne. Ce qu'Oscar ne voyait pas, c'est que cela contribuait au stress de Louise.


Nous sommes arrivés à la fourche de l'histoire :

  • Vous souhaitez connaître la fin négative, désintégrée, allez au chapitre 2

  • Vous souhaitez connaître la suite positive, intégrée, allez au chapitre 3


Chapitre 2 - Désintégration

Reprenons : Oscar continue à réaliser ses projets, dont le nombre augmente et qui sont de plus en plus pointus. Son équipe se développe, il intègre de nouveaux talents.

Du coup, Yves commence à se sentir menacé : "si des nouveaux arrivent, ils seront meilleurs que moi ; ils vont prendre ma place ...". Yves commence à se méfier de tout : la peur du "6" devient panique !


Louise, de son côté, prend de moins en moins de décisions, n'arrive pas à trancher quand il le faut, et se désintègre en "6". En plus du manque d'initiative du "9" commence à se manifester le vice du "6" : elle a peur, elle aussi, qu'on lui préfère ses subordonnés, et qu'elle perde sa place au profit de l'un d'eux ; et pourquoi pas Oscar ? Louise se demande si toute cette situation ne serait pas meilleure sans Oscar qui lui fait de l'ombre. Comme elle ne peut se résoudre à être au centre d'un conflit (blessure du "9"), et qu'elle raisonne analytiquement - elle n'a pas lu mon article sur la systémie, elle cherche une cause à son mal-être. Cette cause est toute trouvée : c'est Oscar, dont elle va faire un bouc émissaire. Sentant en plus la panique d'Yves dans laquelle elle se retrouve, c'est parfait : il faut se débarrasser d'Oscar.


Oscar, lui, est pris entre plusieurs feux : le stress de ses collaborateurs, dont Yves, Louise ... commence à l'atteindre. Et il se désintègre à son tour : il commence à manipuler le système pour tenter de rassurer Yves, de conserver une relation avec Louise qu'il sent de plus en plus distante, et finit par aller vers son "8". Au moindre écart d'Yves, il s'emporte, devient cassant, voire violent verbalement.


Et le cercle vicieux s'accélère : Louise met en doute la capacité managériale d'Oscar en pointant les défauts de son équipe, et notamment d'Yves. Oscar cherche à défendre Yves auprès de Louise qui est de plus en plus incapable de prendre les décisions qui amélioreraient les choses. Yves, qui voit habituellement en Oscar une figure d'autorité respectable, ne comprend pas comment celui qui le défend habituellement n'y parvient plus et l'agresse de surcroît. Yves, ne respectant plus l'autorité d'Oscar, devient contre-phobique, et a peur d'être trahi (blessure du "6"). Il préfère prendre les devants et trahir Oscar : il s'allie à Louise pour évincer Oscar. Oscar se fait remercier du jour au lendemain, n'a plus aucun contact avec son ancienne équipe, et se retrouve seul (blessure du "2"). Le cercle vicieux continue : Oscar cherche à s'imposer, sans succès, devient agressif, y compris avec son entourage, ce qui, à l'opposé de ce qu'il cherche, détériore encore plus les relations. Oscar finit par sombrer dans la dépression.



Chapitre 3 - Intégration

Reprenons à la fin du chapitre 1 : Oscar continue à réaliser ses projets, dont le nombre augmente et qui sont de plus en plus pointus. Son équipe se développe, il intègre de nouveaux talents. Comme au chapitre 2, Yves commence à avoir peur, et Louise se sent menacée. Mais alors rien ne change ? Si, car ils sont coachés et ont suivi un séminaire d'ennéagramme.


Cette fois-ci, Oscar sait qu'Yves est "6" et que l'arrivée de Louise peut lui faire peur. Sachant que l'attention d'Yves se porte naturellement sur les dangers, Oscar va tout faire pour le rassurer : lui expliquer les choses plus longtemps, plusieurs fois, lui donner un espace d'expression particulier, l'impliquer plus dans les recrutements ... Yves va alors continuer à voir en Oscar une figure d'autorité en laquelle il peut avoir confiance. Il va lui rester loyal, à lui comme à l'équipe, et va même aller jusqu'à proposer d'être le mentor des petits nouveaux. Il sait même que lorsqu'Oscar a parfois tendance à s'emporter, c'est son "8" qui s'exprime ; Yves va utiliser la capacité de médiation du "9" dans lequel il s'intègre pour en discuter ouvertement à la machine à café, afin qu'Oscar en prenne conscience.


Et Louise ? Louise sait désormais qu'Oscar est un "2" : Son attention n'est pas fixée sur le pouvoir, mais sur la relation. Oscar n'a donc aucune velléité à chercher à lui prendre sa place, tant que leur relation est constructive. Louise confie alors à Oscar des projets et des missions transverses, qui permettent à Oscar d'exprimer son "2" et son "4" d'intégration. Et un jour, Louise partage avec Oscar le fait qu'il n'y a pas tellement d'évolution possible au sein de la société pour lui. Louise va utiliser la capacité du "3", dans lequel elle s'intègre, à chercher à transformer en succès cette situation qui peut paraître conflictuelle.


Elle propose à Oscar une formation en entrepreneuriat pour qu'il crée sa propre entreprise de conseil ; elle ajoute qu'elle est prête à devenir sa première cliente, ce qui assurerait à Oscar un revenu pour lancer sa nouvelle activité. Cette solution va permettre à Oscar de prendre en compte ses propres besoins d'évolution, vertu du "4" dans lequel il s'intègre, tout en gardant le lien avec ses anciens collègues.


Et tout est bien qui continue bien dans un nouveau système stable.



Chapitre 4 - Conclusion


Vous voyez à travers cet exemple en quoi la connaissance de l'autre est primordiale pour éviter le conflit, et sortir par le haut de situations qui peuvent sembler complexes.


Je vous encourage à vous inscrire à un de mes prochains workshops sur l'ennéagramme, pour enfin vous connaître, comprendre les autres, et ne vivre que des "chapitres 3" : cliquez ici !


Vous êtes au centre de situations conflictuelles ? Vous êtes en colère et ne comprenez pas pourquoi ? Vous vous sentez impuissant face à ce qui arrive ? Contactez-moi et ensemble, nous comprendrons ce qui se passe et trouverons de nouvelle solutions !

63 vues

© 2019 par Olivier Friedman - Coach individuel et d'équipe | Certifié de l’International Coach Federation (PCC), en Enneagramme et en co-développement