Dis coach, comment on fait les leaders ?

Mis à jour : 16 août 2018


"Qui ? Quoi ? Ou ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?" sont autant de questions que les enfants maîtrisent à merveille. Ils ont compris la puissance que confère le questionnement pour avancer, comprendre, évoluer. Ensuite, on a tendance à l'oublier, puisque, dans nos cultures, ne pas avoir de réponses ne correspond pas à l'idée qu'on se fait d'un leader. "Je suis le chef, je dois savoir ; on attend de moi que j'ai les réponses !" me disent souvent mes coachés. Bien au contraire : si vous êtes des leaders, ce que vous devez savoir, c'est questionner !


Les grands leaders l'ont d'ailleurs bien compris :

« Chaque matin, je me demande : Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, est-ce que j’aimerais faire ce que j'ai prévu de faire ? Si la réponse est non, je change » - S. Jobs


Pourquoi ne le fait-on pas ?


Comme évoqué ci-dessus, ne pas avoir toutes les réponses est considéré comme un aveu de faiblesse par bon nombre de leaders. Pourtant, cela permet de développer un sentiment d'humilité et de curiosité qui stimulera votre croissance personnelle. Les grands leaders posent de bonnes questions.


Un autre élément de réponse est probablement que les managers ont peur des réponses aux questions qu'ils pourraient - et devraient - poser. Du coup, ils vont chercher des réponses par des moyens détournés, n'osant pas poser de questions à leurs collaborateurs. Et pourtant, en leadership, la curiosité est une formidable qualité !


Même si, en tant que leader, vous avez les réponses aux questions qu'on vous pose, même si vous pensez savoir comment résoudre les problèmes de vos collaborateurs, laissez-les découvrir les solutions par eux-mêmes : en les questionnant, vous leur permettrez d'intégrer leurs propres solutions, ce qui les rendra bien plus efficaces. Ne les aidez pas en leur donnant votre vision, aidez-les à découvrir la leur, pour arriver à leurs propres conclusions.



Quelles types de questions (se) poser ?


Questionner les situations

Il s'agit de questions à poser pour mieux évaluer la situation, et prendre les meilleures décisions possibles. Le piège de ce type de questions est qu'elles peuvent paraître accusatrices si elles sont mal posées. Par exemple, quand vous demandez à un collaborateur "Pourquoi ne termines-tu jamais tes projets ?", vous le réprimez plus que ne cherchez à avoir une réponse.


Les questions de compréhension, au contraire, sont ouvertes et doivent vous permettre d'élargir votre vision, et celle de la personne à qui vous posez la question. Si vous partez du principe que vous ne connaissez pas la réponse en posant la question, elle auront pour vertu de développer la conscience des parties, en faisant jouer l'intelligence collective. Quelques exemples : "Comment peut-on faire pour atteindre notre objectif ?" ; "Comment pouvons-nous améliorer le process ?" ; "Que pouvons-nous apprendre de ce qui vient de se passer ?" ; "Que referait-on et que ferait-on différemment la prochaine fois ?" ; "Qu'est ce qui ne s'est pas passé comme prévu ?"



Se questionner sur soi

Ces questions "réflexives" demandent du courage pour un leader, car elles vont chercher, en vous et chez les autres, les éléments pour une meilleure connaissance de soi : comment vous voyez-vous et comment les autres vous perçoivent-ils ?


Ce chemin de développement personnel, qu'il est plus aisé d'entreprendre avec un coach, peut simplement commencer avec des questions du type : "Qu'est-ce que je ressens en ce moment ?" ; "De quoi ai-je peur ?" ; "Pourquoi me suis-je mis en colère ?" ; "Pourquoi suis-je stressé ?" ...



Questionner les autres sur soi

Seul, un leader n'est rien : le leadership est une qualité octroyée par ses collaborateurs, ses équipes. Une étape supplémentaire pour développer de votre leadership va donc être de demander à vos collaborateurs comment faire.


Poser ce type de questions aux autres est difficile est en position de leader, tant pour vous que pour eux. La formulation des questions est ainsi primordial, et vous devez explicitement donner l'autorisation aux collaborateurs de parler librement. Par exemple : "Comment puis-je vous aider en devenant un meilleur leader ?" ; "De quoi avez-vous besoin pour réussir ? Que puis-je faire, en tant que manager, pour vous y aider ?" ; "Que sais-tu de moi que j'ai besoin de savoir mais que je ne sais pas ?"



Evidemment, tout cela est compliqué. Alors, pour commencer, voici mon conseil : quand vous cherchez à passer un message à vos collaborateurs, demandez-vous juste si, à la place, vous ne pourriez pas plutôt poser une question ?


Et si vous m'appeliez pour en parler ?

© 2019 par Olivier Friedman - Coach individuel et d'équipe | Certifié de l’International Coach Federation (PCC), en Enneagramme et en co-développement