Célébrer : un acte de leadership majeur


A mes coachés qui ont tenu leurs engagements et atteints leurs objectifs, je demande régulièrement comment ils ont fêté cette victoire personnelle. Cette question semble parfois étrange à certains d'entre eux, mais ils finissent par l'intégrer et se dire qu'effectivement chacune de leur victoire mérite d'être célébrée.



Pourquoi en serait-il autrement pour vos équipes ?

Bon nombre de managers pensent avant tout à la productivité de leurs équipes, au fait d'atteindre leurs objectifs, et le facteur temps est souvent celui qui fait défaut : comme on sait mal prévoir le temps que mettront les équipes à réaliser tel ou tel projet, on a tendance à le sous-estimer, à cause du biais de confiance en soi : on est meilleurs que la moyenne, et on peut donc réussir plus rapidement que les autres. Mais on se trompe, et les projets prennent souvent du retard.

Alors pourquoi en perdre encore en choses futiles comme les célébrations des petites victoires ? Si vous, en tant que manager, êtes constamment focalisé sur le futur, sur ce qui va se passer demain, dites vous que vos équipes ne le sont pas. Elles font leur maximum pour réussir les projets en cours, et c'est votre job de penser à la suite, tandis que c'est le leur de penser au présent. Et quand le présent correspond à une réussite, une victoire, elles s'attendent à ce que cette dernière soit célébrée, même si vous, vous êtes déjà passé à autre chose. Ne voyez pas ces moments de célébration comme une perte de temps et d'argent, mais comme un investissement sur la productivité de votre équipe. Et vous contribuez par ailleurs à la construction d'une ambiance positive dans l'équipe.



Qui doit s'en occuper ?

Vous ! Vous êtes le leader, cela fait partie de votre rôle, de vos responsabilités : c'est à vous d'insuffler la dynamique positive de célébration des victoires. Vous montrez également à vos collaborateurs que vous êtes attentif à ce qu'ils font, et qu'il est important pour vous de les gratifier.

Et n'oubliez pas qu'il s'agit de célébrer leurs victoires, pas les vôtres. Mettez-vous en retrait, profitez en pour faire du feedback positif et constructif - vous avez oublié comment faire ? Relisez mon article sur le sujet ici ... Il s'agit de leur transmettre le message que sans eux, ce succès n'aurait pas été possible. Vous y avez peut-être contribué, mais vous recevrez vos félicitations de votre propre manager.



On doit tout fêter ?

En réalité, presque, oui ! Evidemment, il faut fêter les réussites majeures de l'équipe : fins de projet, lancements de produits, signatures de gros contrats ... et surtout, à ces occasions, n'oubliez pas de féliciter tous les acteurs qui y ont contribué, y compris à petite échelle. En oubliant de citer certains contributeurs, vous leur donnerez l'impression qu'ils n'ont pas d'importance, et vous ne ferez que créer de la démotivation. Et ne pensez pas "c'est évident qu'ils ont participé, pas besoin de le dire". Rien n'est évident, et personne ne sait ce à quoi vous pensez. Tout le monde le sait peut-être, mais le dire y donne une toute autre dimension.

Comme je l'écris dans mon article sur le feedback, le fait d'insister sur ce que les équipes ont fait de bien a un double effet positif : sur le moment, vous les motivez, vous leur donnez de l'importance, l'impression d'exister et d'être utiles au collectif. Quel meilleur vecteur de motivation ? Et pour le long terme, vous transmettez le message de ce que vous attendez de vos collaborateurs : s'ils ont réussi cette fois-ci, ils savent ce qu'ils doivent reproduire pour réussir à nouveau demain.

N'oublions pas que le premier facteur de motivation et de rétention des talents dans une équipe reste la reconnaissance.



Je n'ai pas l'habitude ; comment faire ?

Il y a beaucoup de moyen de célébrer les victoires de vos coéquipiers. Si c'est quelque chose qui vous met mal à l'aise, ou que vous n'avez pas l'habitude de faire, allez-y progressivement : commencez par les félicitations individuelles. Et si féliciter un collaborateur vous effraye pour le moment, faites le d'abord à l'écrit : un mail, puis un message plus "public" si vous avez un outil de collaboration interne (Skype, Slack, ...). L'avantage du mail est que votre collaborateur pourra le garder, et le montrer autour de lui.

Ensuite, si vous le faites à l'oral devant ses collègues, vous décuplerez l'effet d'empowerment.

N'hésitez pas à créer ces moments conviviaux pour féliciter vos équipes : instaurez des déjeuners, voire des dîners d'équipe, et pourquoi pas des événements dédiés pour des occasions spéciales - lancements de produits, objectifs de vente atteints, etc ... Et si vous n'êtes pas à l'aise avec les félicitations, savoir qu'il y a un moment dédié vous aidera à les planifier et à les préparer.



On a vu pourquoi, qui, quoi, comment, mais quand ?

La réponse est tout le temps, souvent, dès que possible ! Et surtout, juste après l'événement que vous fêtez. N'attendez pas le repas de Noël pour revenir sur les succès du mois de mars ! Plus vous êtes proche de l'événement, plus la célébration prend de l'importance et de la valeur pour les collaborateurs.

Elle permet de rebooster l'équipe et de lui redonner de l'énergie, quel que soit le bonus plus classique que vous avez prévu par ailleurs : la célébration d'un succès ne remplace pas une prime, une augmentation, ou autre chose ; mais la réciproque est vraie également : ce n'est pas parce que les commerciaux qui ont dépassé leurs objectifs vont toucher un variable plus important que vous devez vous abstenir de féliciter cette prouesse.



Si vous voulez des idées sur les manières de célébrer vos victoires et celles de vos équipes, contactez moi !



#www.prismup.fr #coaching #performance #talents #innovation #IT #equipe #teambuilding

© 2019 par Olivier Friedman - Coach individuel et d'équipe | Certifié de l’International Coach Federation (PCC), en Enneagramme et en co-développement