Les jeux psychologiques - le triangle dramatique


Eric Berne, psychiatre américain fondateur de l'analyse transactionnelle, nous apprend que nous avons trois besoins fondamentaux : la structure, la stimulation, et la reconnaissance. Et quand nos besoins de stimulation et de reconnaissance ne sont pas comblés, nous nous mettons à jouer à des jeux psychologiques, qui nous permettent non seulement de ne pas être ignorés, mais également de maintenir une relation, aussi néfaste soit-elle, avec des personnes importantes pour nous.


Un de ces jeux a été décrit par Stephen Karpman en 1968 : il s’agit du triangle dramatique. « Dramatique », comme dans « drame », dont l’étymologie signifie « pièce de théâtre », et non drame au sens « tragique » du terme. Dans ce jeu, les protagonistes endossent donc un rôle – il en existe 3 comme le montre le triangle ci-contre, et, à un moment, coup de théâtre, en changent !


Le persécuteur

Son objectif inconscient est de rendre les autres responsables de ce qui ne va pas et d'exprimer sa colère.

Pour jouer son rôle, il rabaisse, dévalorise, humilie ; il critique et adresse des reproches, fait pression ; il reste flou en ne donnant par exemple pas toutes les informations nécessaires.

Pour sortir de son rôle, il doit éviter la critique, peut utiliser la Communication Non Violente pour s’exprimer, ou donner maximum d’information à son interlocuteur, et du sens à ses demandes en priorité.


Le sauveur

Son objectif inconscient est de rendre les autres dépendants.

Pour jouer son rôle, il propose de l'aide en position supérieure et sans que personne ne lui ait rien demandé ; il méconnaît la capacité des gens à penser et agir par eux-mêmes ; il rend les autres dépendants en attendant un bénéfice pour lui-même.

Pour sortir de son rôle, il doit se poser 4 questions :

  1. Suis-je responsable du problème ?

  2. Suis-je compétent pour le résoudre ?

  3. Ai-je envie de le résoudre ?

  4. Y a-t-il une demande clairement formulée pour que j’intervienne ?

Si la réponse à au moins une de ces questions est négative, il faut se retirer et cesser d’intervenir, en mettant à jour le jeu psychologique.


La victime

Son objectif inconscient est de pas reconnaître ses responsabilités et de rendre les autres responsables de sa vie ; elle cherche à exciter la pitié, être plainte, obtenir que les autres fassent à sa place.

Pour jouer son rôle, la victime se sent inférieure et se dévalorise ; ne reconnaissant pas ses responsabilités, elle cherche quelqu'un pour résoudre les problèmes à sa place ; elle se met en position d'être critiquée.

Pour en sortir, la victime doit développer sa confiance en elle, apprendre à demander clairement ce dont elle a besoin, reconnaître ses peurs, le tout pour prendre ses responsabilités.



Dans tous les cas, il faut se rappeler que jouer entretient le jeu : le jeu est une mauvaise manière de répondre à un vrai besoin, et mettre à jour ce jeu fait prendre conscience à tous les participants qu’ils y jouent un rôle, duquel ils vont devoir sortir pour résoudre les problèmes de façon sereine et pérenne.


Vous vous voyez dans un de ces trois rôles, mais avez du mal à en sortir ? Contactez moi !

© 2019 par Olivier Friedman - Coach individuel et d'équipe | Certifié de l’International Coach Federation (PCC), en Enneagramme et en co-développement