Be more [self]-aware !


La semaine dernière, je vous donnais quelques astuces pour arriver à percevoir si vous étiez "self-aware", conscient de vous-même en tant que leader (c'est par ici ...). Cette semaine, je vais partager quelques pistes pour développer cette conscience.



Comme je l'écrivais dans mon précédent article, ce sont les réactions de votre entourage - collègues, patrons, collaborateurs, mais pourquoi pas amis et conjoint, qui vous permettront de déceler qu'il y a quelque chose qui ne va pas.


En effet, vous avez souvent l'impression de maîtriser ce que les gens voient de vous, comme si vous portiez un masque permettant de cacher ce que vous ressentez vraiment, permettant de modifier l'image que vous projetez. Mais chassez le non verbal et il revient au galop ! Combien de fois, à la question de "tout va bien ?", j'ai vu des gens me répondre "oui oui", tout en hochant la tête de droite à gauche ?


Premier conseil

Vous souhaitez évoluer et développer votre "self-awareness" ? Prenez avant tout conscience de l'effet que vous faites aux autres. Pour paraphraser la publicité pour un célèbre yaourt, ce que vous êtes et ce que vous ressentez à l'intérieur se voit à l'extérieur. En tant que manager, en tant que leader, vous avez, que vous le vouliez ou non, de l'impact sur votre entourage. A vous de décider si vous souhaitez qu'il soit positif ou négatif. Et cela ne passe pas seulement par ce que vous transmettez comme message oral, mais encore plus par la façon que vous avez de le transmettre ! Votre attitude a un impact bien plus grand que vos discours.


Quand j'étais manager, je valorisais d'ailleurs toujours plus le savoir-être de mes collaborateurs que leur savoir-faire.


« Notre attitude envers les autres, détermine leurs attitudes envers nous. » - Earl Nightingale


"Connais-toi toi-même !" ; OK ! Par quoi je commence ?

Excellente question ! Mauvaise nouvelle : si c'était si évident que cela, probablement le feriez-vous déjà. Il faut donc déterminer où sont vos forces et où sont vos zones de développement. Bonne nouvelle : ne serait-ce qu'en vous posant honnêtement cette question, vous avez fait 51% du chemin !


Pouvez-vous y parvenir seul ? Malheureusement cela va être difficile. Comme je l'explique depuis le début, on a une capacité naturelle à la "self-awareness" assez faible. Pour commencer, vous pouvez commencer par des tests de personnalité - vous en trouverez pléthore sur Internet, sachant qu'aucun ne vaut selon moi l'ennéagramme.


En effet, au delà de vous dire de quel profil vous êtes - l'ennéagramme en compte 9, l'outil vous permet de prendre conscience de vos forces, de vos faiblesses, et vous montre tout particulièrement comment, sous stress, votre attitude vous mène irrésistiblement à créer des situations que vous cherchez à éviter. Au delà de cette prise de conscience personnelle, il vous permet de comprendre le comportement des autres, et ainsi d'adapter votre leadership à chacun de vos collaborateurs. C'est l'outil de profils de personnalité le plus vivant et dynamique que j'ai étudié, et je m'en sers régulièrement, pour moi-même et les personnes qui veulent vraiment évoluer. Mes coachés me font systématiquement le retour qu'il y a eu un avant et un après découverte de l'outil, qui les a transformés.


Avant de vous engager dans de longs stages sur le sujet, on peut commencer par une petite séance d'une heure durant laquelle je peux vous donner quelques pistes et orienter le début de votre réflexion. Si cela vous intéresse, contactez-moi !



Et une fois que je sais ce que je dois travailler, je fais comment ?

Le mieux, évidemment, est de s'adjoindre l'aide d'un regard extérieur, objectif, bienveillant. C'est notamment le rôle d'un coach professionnel. Je vous recommande évidemment un coach certifié (ICF, EMCC), mais surtout quelqu'un avec qui vous aurez un bon feeling. Ce "fit" est essentiel pour que s'établisse la relation de confiance nécessaire à votre développement, professionnel comme personnel, les deux sont indissociables. Si vous trouvez le pas difficile à franchir, contactez déjà un ou deux coachs, cela n'engage à rien : ils vous expliqueront en détail leur parcours, leur méthode, et ce qu'ils peuvent faire - ou pas, pour vous.


En attendant, voici une première astuce pour commencer. Si vous suivez régulièrement mes publications, vous vous souvenez peut-être de celle sur les "roue-tines" à mettre en place (ici). Mon conseil pour développer votre "self-awareness" est de commencer par introduire, dans votre routine du soir, un moment de réflexion durant lequel vous pouvez vous poser quelques questions simples sur votre journée. Si vous avez suivi le conseil précédent, et que vous connaissez déjà vos axes de développement, axez votre réflexion sur ces derniers. Sinon, demandez-vous simplement ce qui, durant cette journée qui se termine, vous rend fier de vous, et ce que vous auriez pu faire différemment. En vous posant régulièrement la question, et en vous accordant 5 à 10 minutes pour y répondre, croyez-moi, vous allez commencer à changer !



Vous souhaitez avoir d'autres astuces, ou simplement échanger sur le sujet, contactez-moi !


#www.prismup.fr #coaching #talent #innovation #performance #selfawareness #conscience #developpement #enneagramme

© 2019 par Olivier Friedman - Coach individuel et d'équipe | Certifié de l’International Coach Federation (PCC), en Enneagramme et en co-développement